La France a un rôle propre à jouer dans la crise en Ukraine

Notre pays peine à faire entendre sa voix dans la crise ukrainienne. Il me parait nécessaire de rappeler plusieurs principes qui doivent guider l’approche de la France dans le contexte actuel.

Je tiens tout d’abord à rappeler que le respect des frontières est un principe fondamental du droit international et que toute atteinte à la souveraineté de l’Ukraine serait inacceptable. Pour autant, il serait contreproductif de définir dès à présent des sanctions, qui ne feraient que participer à l’escalade et qui ont montré leur inefficacité par le passé. Je souhaite une solution négociée qui préserve la paix et la stabilité en Europe.

Je considère que la meilleure manière de préserver la souveraineté de l’Ukraine est qu’elle n’appartienne à aucun bloc : ni à celui de l’OTAN, ni à celui de la Russie. La France doit réaffirmer son engagement en faveur des accords de Minsk, et faire pression sur toutes les parties, l’Ukraine autant que la Russie, pour qu’elles les respectent. Aucune sortie de crise n’est possible sans cela.

Les préoccupations de sécurité régionale de la Russie sont légitimes et doivent être prises en compte. Depuis les années 1990, la Russie répond à l’élargissement de l’OTAN en suscitant des conflits intérieurs et territoriaux. C’est cet engrenage qu’il faut briser. Une solution durable de la question ukrainienne passe par la négociation d’un tel équilibre pour une Europe de l’Atlantique à l’Oural.

J’estime que la France a un rôle propre à jouer dans la résolution de la crise. C’est pourquoi je propose que la France présente à l’Ukraine, à la Russie et à tous les pays européens membres de l’OTAN qui le souhaitent, un projet de traité sur la sécurité et la paix en Europe. Ce traité prévoirait la fin de l’élargissement de l’OTAN et préserverait la liberté et la souveraineté de l’Ukraine. Il mettrait en place des garanties mutuelles pour limiter la présence de troupes russes à la frontière ukrainienne.

Je souhaite reconstruire un dialogue apaisé et constructif avec la Russie, dont la place historique et culturelle est indéniable au sein de la civilisation européenne.

 

Éric Zemmour