10 Septembre 2022
Université d'été En savoir+
 

Nucléaire : le revirement électoraliste D’Emmanuel Macron

Emmanuel Macron vient d’annoncer la relance de la construction de 14 nouveaux réacteurs nucléaires, avec 6 fermes et 8 en option, d’ici 2050. Il va donc passer 60 jours de campagne à réparer ses dix ans d’erreurs.

Je défends cet objectif depuis des mois, et la semaine dernière encore depuis Fessenheim. Cela fait maintenant des années que je proteste contre la scandaleuse cession des turbines Arabelle à General Electric, autorisée par Emmanuel Macron. Je note qu’Emmanuel Macron se rallie opportunément à ma position et son annonce de ce jour sonne comme un terrible aveu. Qu’il s’agisse de politique énergétique, d’immigration ou de sécurité, cette annonce confirme que nous sommes bien le cœur battant de cette campagne électorale.

Mais pourquoi Emmanuel Macron trompe-t-il les Français aujourd’hui ?

  • Parce que cette annonce tardive est celle d’un politicien qui entre en campagne. Faire cette annonce aujourd’hui plutôt qu’en début de mandat ne vise qu’à tenter de camoufler le sabotage de la politique énergétique et nucléaire mené sous son quinquennat et sous celui de François Hollande.

  • Parce qu’avant d’annoncer la construction de 14 nouveaux réacteurs, Emmanuel Macron devrait revenir sur tant d’autres de ses décisions qui détruisent notre filière nucléaire. C’est lui qui a décidé de fermer 12 réacteurs existants. C’est lui qui a fixé l’objectif irrationnel de ramener la part du nucléaire dans le mix électrique français à 50%. C’est lui encore qui a décidé de mettre fin au programme Astrid et d’accentuer la politique de spoliation d’EDF à travers l’ARENH, dispositif imposé par la Commission européenne obligeant EDF à brader son électricité nucléaire à ses concurrents et le privant des moyens d’investir, comme je le dénonçais déjà le 15 janvier dernier. Les Français constatent chaque mois qu’ils doivent payer la facture de cette folle politique. De même, j’ai pu constater sur place à Fessenheim les ravages de la politique d’Emmanuel Macron, qui contraint les salariés d’EDF à fermer un outil industriel sûr, performant, compétitif et produisant une électricité décarbonée. C’est du sabotage industriel !

• Parce qu’Emmanuel Macron poursuit la folie de l’éolien, énergie intermittente, coûteuse et dont l’essentiel de la fabrication est réalisé hors de France, ce qui a renchéri le coût de l’électricité pour les ménages et les entreprises et conduit à une augmentation de nos émissions de CO2. Car quand le vent ne souffle pas, il faut bien faire tourner d’autres moyens de production, souvent des centrales à gaz ou à charbon, ce qui est absurde sur le plan écologique.

Président de la République, je renouerai avec une grande politique énergétique et nucléaire :

1. Je supprimerai l’objectif irresponsable de réduire d’ici 2035 la part du nucléaire à 50% dans le mix électrique

2. Je prolongerai la durée de vie des réacteurs existants au moins jusqu’à 60 ans

3. Je lancerai un grand programme de 14 nouveaux réacteurs nucléaires et je reviendrai sur la fermeture engagée de 12 de nos réacteurs

4. Je relancerai également la recherche et l’innovation dans les petits réacteurs modulaires (SMR), le nucléaire de 4e génération (Astrid) et la fusion nucléaire (ITER), et la fermeture du cycle du combustible nucléaire

Vive nos ingénieurs, vive notre technologie, vive la République et surtout vive la France !

 

Éric Zemmour